EXCLU : rencontre avec NILDA FERNÁNDEZ

Dans le cadre de la venue du chanteur Franco-espagnol Nilda Fernández au festival Les Beaux Bagages 2018, qui se déroule à Le Creusot (Saône-et-Loire), nous avons eu la chance de le rencontrer en amont de son concert. Notre interview.

Bonjour Nilda Fernández et merci de nous avoir accordé quelques minutes de votre temps pour une interview.

Je vous en prie c’est un plaisir.

Bon, entrons dans le vif du sujet si vous le voulez bien. Première question : comment vous est venu la passion de la musique.

J’ai d’abord vécu dans une famille qui aime la musique. Il n’y a pas de miracle. Ensuite je dirais que j’avais une furieuse envie de faire entendre cette voix particulière et de la partager avec un public… C’est très vaste en fait.

J’ai cru comprendre que vous aimez énormément voyager pourquoi ?

Effectivement j’aime beaucoup voyager, c’est important pour moi car au bout d’un moment je m’ennuie. (Rire) J’ai l’impression d’avoir autour de moi trop de choses qui me renvoie à toujours la même situation, la même manière de penser. On s’en rend pas toujours compte mais on recrache ce que l’on a appris à dire, à comprendre. Aller autre part nous permet de nous remettre en question en se confrontant à d’autres cultures, manières de penser, et tout cela est capital à mon sens.

Vous évoquez ici, quelque part, notre conditionnent en abordant également le thème de la liberté. C’est important pour vous ces notions ? 

Pour parler de la liberté, il faut tout d’abord prendre conscience comme je vous le disais de notre conditionnement. Pas de liberté sans remise en question de nos conditionnements (familiaux, linguistiques, nationaux…) ça c’est certain !

Quel est votre rapport avec le succès ?

C’est une grande aventure, le succès ! Savoir que des personnes aiment nos chansons est très valorisant. Vous savez, on est pas des hommes politiques on balance pas des discours auxquels il faut croire d’une manière ou d’une autre. On lance plutôt des chansons dans lesquelles on peut s’identifier ou pas.

Quels sont vos influences ?

Bien sûr il y a les influences de l’enfance, de l’adolescence. Je dirais que la chanson française et la musique du sud de l’Espagne m’ont énormément influencé, tout comme la musique anglaise plus tardivement lors de mon adolescence.

Quels ont été vos plus belles rencontres ?

Quand on me pose cette question, j’ai un panorama de personnes qui défilent devant mes yeux. Je dirais que les plus belles rencontres que j’ai faites ne sont pas des figures. Ce sont pour la plupart des personnes que j’ai rencontrées pendant mes voyages et qui ont laissé une trace dans ma vie et ma mémoire. Hommages à eux sincèrement.

Votre dernier album date de 2013, avez-vous des projets en cours ? 

Évidemment j’ai des projets en vue, ce n’est pas forcément des albums mais plutôt pour l’instant de la créativité pure et de la scène. Dans les faits, lors de mes concerts, je chante principalement des chansons et compositions qui ne figurent pas encore dans mes différents albums.

Affaire à suivre donc… Encore merci pour cet entretien en tout cas.

Merci à vous ça a été un plaisir !